Ce qu'on attend des jeunes en stage d'insertion

Pour les jeunes de moins de 24 ans qui ont fini leurs études en juin et qui se sont inscrits comme demandeur d’emploi, le stage d’insertion professionnelle commencera le 1er août (*). Attention: même s’ils ne touchent pas d’allocations, leur recherche d’emploi sera rapidement contrôlée. 
Pendant le stage d’insertion, le service régional de l’emploi évaluera le comportement de recherche active d’emploi du jeune à deux reprises. Si les deux évaluations sont positives, il bénéficiera des allocations d’insertion à l’issue du stage. Tant qu’il n’aura pas reçu deux évaluations positives, il n’aura pas droit aux allocations.
Les évaluations sont effectuées:
  • par Actiris pour les jeunes de la Région de Bruxelles-Capitale, au terme des 5e et 9e mois du stage
  • par le Forem pour les jeunes de la Région wallonne (hors Communauté germanophone), au cours des 5e et 10e mois du stage
  • par l’ADG pour les jeunes de la Communauté germanophone, au cours des 5e et 10e mois du stage
  • par le VDAB pour les jeunes de la Région flamande, au cours des 6e et 11e mois du stage.
Les évaluations ont lieu lors d’entretiens individuels avec un facilitateur, sur convocation ou sur base d’un dossier. Si c’est positif, pas de problème. Mais si c’est négatif, le jeune devra demander une nouvelle évaluation au plus vite. Attention: une non-présentation sans justificatif est d’office considérée comme négative.

Qu'attend-on du stagiaire?

Il est demandé au jeune d’avoir une démarche active de recherche d’emploi, ce qui signifie:
  • ne pas refuser un emploi convenable ou une formation
  • être disponible pour le marché de l’emploi
  • rechercher activement un emploi, c’est-à-dire consulter régulièrement les offres d’emploi et répondre à celles qui correspondent, mettre son CV actualisé en ligne sur les sites internet spécialisés, poser spontanément sa candidature auprès d’employeurs potentiels, s’inscrire auprès de bureaux de recrutement ou auprès d’agences d’intérim et répondre aux offres d’emploi qui se présentent, et participer régulièrement aux bourses et aux salons pour l’emploi
  • collaborer activement aux actions d’accompagnement, de formation, d’expérience professionnelle ou d’insertion professionnelle proposées par le service régional de l’emploi. 
Selon le service régional de l’emploi, il faut au minimum envoyer deux candidatures par semaine. Il est très important de garder toutes les traces écrites des démarches. Un classeur reprenant toutes ces preuves et un agenda complet des démarches effectuées sont très utiles lors de l’entretien.

Cas particuliers

Ne seront pas convoqués à l’entretien d’évaluation, les jeunes:
  • qui travaillent comme indépendant ou qui préparent une activité indépendante
  • qui travaillent comme salarié
  • qui sont enceintes et dans la période d’interdiction de travailler
  • qui s’engagent à l’armée ou qui cohabitent avec un militaire stationné à l’étranger. 
Et ce à condition que le service régional de l’emploi en soit averti. Le jeune sera alors convoqué après cette période. Si le stagiaire reçoit tout de même une convocation, il lui suffira de justifier son absence au plus tard trois jours ouvrables après la date de convocation prévue. 
Si le jeune trouve un emploi pendant le stage d’insertion, il garde le droit à ses allocations familiales s’il gagne moins de 541,09 euros par mois, par exemple comme intérimaire.
Au-delà de 25 ans, les jeunes ne bénéficient pas d’allocations d’insertion, mais il leur est conseillé tout de même de s’inscrire au service public de l’emploi pour pouvoir bénéficier de plans à l’embauche.
* Les jeunes ayant moins de 21 ans au moment de leur demande d’allocations doivent en plus être en possession d’un diplôme ou d’une attestation.