Bonnet d'âne pour le gouvernement

Juin est traditionnellement le mois des bulletins. La CSC et les deux autres syndicats invitent tous les citoyens à signer celui du gouvernement Michel: soit en entreprise via le bulletin «papier» à remettre à son délégué syndical, soit sur le site internet legrandbulletin.be.
Comme prévu et malgré nos nombreux avertissements, le bulletin de l’élève Michel et de son gouvernement est décevant. Manque d’efforts dans le travail, manque de sérieux, manque de stabilité, manque d’application, manque de concentration, manque de rigueur, manque de régularité… Les lacunes sont nombreuses: une dette plus élevée qu’en début de législature, un budget en déficit, une croissance économique faible et un pouvoir d’achat qui a diminué plus que dans les autres pays d’Europe.
Dans les semaines à venir, des super-conseils des ministres vont se réunir sur l’emploi et la sécurité sociale. Le budget de 2017 devra également être corrigé. Avec un trou de 1,3 milliard et la possible diminution de l’impôt des sociétés, le risque de nouvelles coupes dans la sécurité sociale est important. Le budget de 2018 devra également être confectionné et là non plus, les nouvelles ne sont pas bonnes: un trou supplémentaire de 6 milliards devra être comblé.
Ce ne sont pourtant pas les avertissements qui ont manqué. Les organisations syndicales n’ont pas ménagé leurs efforts pour rappeler au gouvernement qu’il manquait de rigueur. Celui-ci a fait la sourde oreille et a progressivement baissé les bras, laissant les lacunes s’accumuler.
L’élève Michel et son gouvernement n’ont pas encore acquis le socle de compétences requis pour être évalué positivement, ni fait preuve de la maturité suffisante pour répondre aux attentes des citoyens. Nous leur conseillons de changer de cap rapidement. Ils doivent mettre en place une politique fiscale équitable et s’engager à soutenir le projet de pilier social proposé par la Commission européenne.
Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC
Marc Leemans, président de la CSC