ACV-CSC METEA veut soutenir l’aide au développement

ACV-CSC METEA veut soutenir l’aide au développement. A cet effet, l’organisation a décidé en 2010 de cofinancer le Rural Impulse Fund (RIF) II, un fonds qui soutient l’octroi de microcrédits. 
Les microcrédits sont un instrument d’investissement très important et connu dans le cadre de l’aide au développement. Ils permettent d’aider des petits agriculteurs et des micro-entrepreneurs dans les pays en voie de développement. Le Rural Impulse Fund II est un fonds qui concerne 1,8 million de micro-entrepreneurs et de petits agriculteurs en Afrique, en Amérique latine et en Asie. En outre, il réunit plusieurs acteurs financiers qui ont beaucoup d’expertise dans ce domaine (Banque mondiale, Banque européenne d’investissement, cofondateurs du RIF II…). Ce sont des éléments qui nous ont conduits à opter pour le RIF.
ACV-CSC METEA détient une participation de moins de 10% dans ce fonds. 
Ce fonds est situé au Luxembourg car la Belgique ne dispose pas des structures adaptées aux exigences de ces financiers internationaux tels que la Banque mondiale et la Banque européenne d’investissement (en matière d’expertise, d’un cadre législatif stable…). 
ACV-CSC METEA a mis 4,8 millions d’euros à disposition du RIF II. Sur une période de 7 ans, elle a bénéficié d’un retour sur investissement de 1,2 million d’euros sous forme de dividendes, soit un rendement de 3,6%. Sur ces dividendes, elle a payé 27,5% de précompte mobilier. 
Il est clair que ces investissements n’ont pas été faits simplement par appât du gain ou pour des raisons d’ingénierie fiscale, mais pour offrir des opportunités aux petits agriculteurs et aux micro-entrepreneurs dans les pays en voie de développement.